Conférence & Mini-conférences

16H30 UNE RICHESSE LORRAINE : LE GAZ DE CHARBON ?

par Philippe de Donato, directeur de recherche CNRS à GeoRessources – CNRS/Université de Lorraine (UL)

370 milliards de m3 en Lorraine - 8 ans de consommation nationale - 10 fois moins de gaz à effet de serre. Une première étude fait état de ces ressources potentielles à exploiter ou pas, selon les impacts, les risques et les avantages. Les scientifiques ont quatre ans pour répondre à ces questions.

17h LE GINKGO BILOBA, UN ARBRE REMARQUABLE SOURCE DE MÉDICAMENTS

par Dominique Laurain-Mattar, enseignante-chercheuse au Laboratoire Lorrain de Chimie Moléculaire (L2CM) – CNRS/UL

Le Ginkgo biloba est le plus ancien des arbres vivants sur Terre. Il présente une grande résistance aux pathogènes, à la pollution urbaine, montre des capacités de régénération exceptionnelles et c'est une plante médicinale majeure.

17h30  LE CO2 : PROBLÈME D’AUJOURD’HUI, SOLUTION POUR DEMAIN

par Francesca Ingrosso, enseignante-chercheuse au Laboratoire de Physique et Chimie Théorique (LPCT) – CNRS/UL

Bien que naturellement présent dans l’atmosphère en tant que partie du cycle du carbone, le dioxyde de carbone (CO2) est le principal gaz à effet de serre produit par les activités humaines. Depuis des années, des accords internationaux (protocole de Kyoto jusqu’au COP21), dont l’application est très variable, se sont succédé pour en réduire les émissions. Au même temps, la recherche scientifique explore aussi d’autres pistes, comme la captation à partir de la source industrielle ou dans l'atmosphère. Or, cette option pose de problèmes de stockage (formations géologiques profondes, sous terre ou dans les profondeurs de l'océan). Dans le domaine de la chimie « verte », la possibilité de rendre le carbone « renouvelable » par une conversion chimique, en tant qu'alternative au carbone « fossile », est donc de plus en plus envisagée. Nous nous poserons donc la question suivante : quelles chances avons-nous de transformer dans une ressource une substance qui a un fort impact sur l’environnement ?

18h  L’AGROMINE, OU COMMENT EXTRAIRE DU MÉTAL À L’AIDE DE PLANTES ?

par Marie-Odile Simonnot, professeure des universités au Laboratoire Réactions et Génie des Procédés (LRGP) – CNRS/UL

Certaines plantes extraordinaires sont capables de puiser des métaux dans les sols et de les accumuler dans leurs feuilles et fleurs. La filière « agromine » combine la culture de ces plantes et les procédés qui ont été développés pour valoriser les métaux. Cette filière est aujourd’hui sur le marché.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

cnrs_20120001_349.jpg

18h30 - 20h00 L'EFFONDREMENT DE LA BIODIVERSITÉ : POURQUOI ON S’Y PERD ?

Conférence de Pierre-Henri Gouyon, généticien, spécialiste de l’évolution, professeur de Systématique et Evolution au Museum
National d’Histoire Naturelle.

Le dernier rapport de l’IPBES* est alarmant. La vie sur Terre se porte mal. On assiste à une diminution spectaculaire des populations d’organismes très divers, et pourtant… On ne fait pas grand-chose et de plus, pas toujours ce qu’il faut. C’est que deux facteurs viennent rendre les actions difficiles.

D’une part, il existe une catégorie importante de personnes morales ou physiques qui n’ont pas intérêt à ce que des actions sérieuses soient entreprises et qui brouillent les signaux autant que possible. D’autre part nos connaissances sont non seulement insuffisantes mais encore mal comprises même au sein de la communauté scientifique. La recherche dans ces domaines progresse et on verra comment
on peut espérer comprendre et traiter ces questions.

 *Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques

 -----------------------------------------------------------------------  Entracte gourmand---------------------------------------------------------------------------------

20h30  LANGAGE NATUREL ET INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : UN MÉLANGE DÉTONANT

par Christophe Cerisara, chargé de recherche CNRS au Laboratoire lorrain de recherche en informatique et ses applications (Loria) – CNRS/Inria/UL

Depuis environ 2010, les approches de deep learning ont fait progresser à grands pas les recherches en Intelligence Artificielle. Mais lorsqu'elles permettent d'extraire des informations sensibles à partir de grandes masses de données plus ou moins personnelles, comme nos écrits sur Internet, nous devons alors nous poser la question du danger que représentent de telles informations et de leur mauvais usage. Le dialogue entre citoyens et chercheurs est donc indispensable, pour que nous comprenions mieux, tous ensemble, qu'est-ce qui se cache derrière le mot "IA", quels sont les enjeux, quelles menaces sont illusoires, lesquelles sont bien réelles, et quelles sont les attentes de chacun.

21h00  LE CERVEAU, MIEUX LE CONNAÎTRE POUR MIEUX LE TRAITER

par Bruno Rossion, directeur de recherche, Laurent Koessler, chargé de recherche et Fabien Rech, neurochirurgien au CRAN - CNRS/UL

100 milliards de neurones, 10 000 connexions par neurones, notre cerveau est un organe complexe tant sur le plan anatomique que fonctionnel. Diagnostiquer les maladies neurologiques et proposer des traitements représentent un enjeu majeur pour la population. Cette conférence de Neurosciences, présentera les dernières avancées technologiques, son fonctionnement en réseau complexe et enfin un exemple extraordinaire de soin avec la chirurgie éveillée du cerveau !

21h30  L’AVENTURE DU TUBE : À QUOI SERT L'ULTRAVIDE ?

par Danielle Pierre, ingénieure de recherche CNRS à l’Institut Jean Lamour (IJL) – CNRS/UL

10 ans d’études et de travail auront été nécessaires pour donner naissance à une plateforme technologique hors norme. Un tunnel de transfert de 70m de long sous ultravide, le Tube,  permet désormais de relier une trentaine de machines, elles aussi ultravides. Mais pourquoi l’ultravide, qui n’est qu’un moyen, fait-il l’objet de toute notre attention ? C’est parce que,  la qualité de ce vide intersidéral va être déterminante sur la qualité des matériaux qui sont élaborés, caractérisés et étudiés à l’échelle atomique. Le but de cette recherche fondamentale à si petite échelle étant d’augmenter les connaissances pour pouvoir imaginer les matériaux de demain, qui devront être à la fois innovants et le moins énergivores possible.

22h00  L’IRM AU SERVICE DES SCIENCES POUR L’INGÉNIEUR

par Maude Ferrari, ingénieure de recherche au Laboratoire Énergéies et Mécanique Théorique et Appliquée (LEMTA) – CNRS/UL

Si je vous dis « IRM », vous allez penser à la santé mais saviez-vous que cette technique aide également les chercheurs à optimiser les piles à combustible, la récupération assistée du pétrole ou encore la désalinisation de l’eau de mer ? Venez découvrir la face cachée de cette technique d'imagerie.

 

Téléchargez le programme

 

 

Personnes connectées : 1